Alors qu’auparavant, il était très facile de s’y retrouver dans les différentes offres des banques en ligne, l’affaire est désormais plus compliqué. Face à leurs succès, elles se renouvellent et complexifient leurs offres, tout comme les néobanques.

Néobanque et banque en ligne

Pour comprendre l’évolution des néobanques et des banques en ligne, il faut déjà revenir sur leurs différences. Une banque en ligne (ING, Fortuneo…) est un système relié à une banque traditionnelle, elle s’appuie donc sur une structure existante. C’est une forme de branche dématérialisée d’une banque physique. Ce système a rencontré du succès étant donné qu’il permet d’obtenir la sûreté financière d’une banque traditionnelle, mais avec des coûts moins importants, donc des prix plus intéressants pour les souscripteurs.

D’un autre côté, la néo-banque (N26, Revolut, Nickel…), est un établissement de paiement complètement dématérialisé qui propose un accès 100% mobile via une application dédiée, contrairement aux banques en ligne qui sont accessibles sur tout type de terminal. Leur authenticité est reconnue grâce à leur licence bancaire. Leur offre est moins large mais l’ouverture de compte y est grandement facilitée, comparé aux banques traditionnelles ou aux banques en ligne, car les néobanques n’imposent pas de conditions de revenus.

Au final, les néobanques sont des startsups qui associent finance et technologie. Même si leurs offres restent limitées pour le moment, elles ne font que progresser, affichant une réelle volonté de bouleverser le secteur banquier classique. Elles proposent notamment le paiement par SMS ou email, la constitution de cagnottes et des outils de gestion de frais divers.

Des formules qui se complexifient

Face à leurs succès des dernières années, les banques en ligne et les néobanques ont fait évoluer leurs offres et quittent peu à peu le 100 % gratuit. Il est désormais primordial de comparer les différentes banques numériques afin de faire son choix, notamment en trouvant des analyses sur les sites spécialisés, comme ce comparatif de banques en ligne.

Les Français au budget serré peuvent toujours trouver leur bonheur dans ces établissements numériques, avec des cartes bancaires gratuites aux possibilités restreintes, mais les banques virtuelles tendent quand même à diriger progressivement leurs clients vers des offres payantes.

Elles proposent, par exemple, des cartes très haut de gamme qui sont payantes mais capables de rivaliser avec celles des établissements physiques. Ces cartes offrent des plafonds de retraits et de paiements ainsi que des garanties d’assurance et de protection supérieurs à la concurrence. Et le gros atout, c’est qu’elles n’imposent aucun frais de virement, ni de coût à l’international. D’un autre côté, des structures dématérialisées continuent à offrir la gratuité sur l’ensemble des cartes bancaires, mais uniquement sous condition.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici