Utilisé de plus en plus par les Français, l'assurance vie constitue un produit d'épargne intéressant. Les formules proposées sont flexibles de sorte à correspondre au profil du souscripteur. L'assurance vie est valable en cas de décès de l'assuré, ainsi les épargnes seront transmises aux bénéficiaires désignés et en cas de survie et sera lui-même son propre bénéficiaire. Lors de la désignation d'un ou plusieurs bénéficiaires, une clause bénéficiaire doit être rédigée sur le contrat d'assurance. Pour en savoir davantage, lisez l'article.

Comment fonctionne une assurance vie ?

Une assurance vie est un produit financier ayant pour but d'épargner de l'argent à court ou long terme. À l'ouverture d'un contrat d'assurance, un versement initial est obligatoire, ensuite l'assuré ouvre le droit de choisir d'effectuer des versements réguliers ou non et aucun plafonnement en termes de montant versé n'est imposé. assurance vie

Les contrats d'assurance vie sont flexibles et présente de nombreux avantages fiscaux pour le souscripteur. Contrairement aux idées reçues, l'assurance vie n'est pas uniquement valable en cas de décès du souscripteur.

Selon les modalités du contrat, la date de fin d'assurance vie peut être définie par le souscripteur et par conséquent le capital généré lui reviendrait de son vivant. En revanche, en cas de décès, il sera transmis aux bénéficiaires désignés sur le contrat.
L'assurance vie est un produit d'épargne fructifiant et peut être utilisée pour compléter ses revenus ou encore préparer sa retraite. Par ailleurs, elle permet au souscripteur de choisir librement les bénéficiaires à noter dans la clause du contrat en cas de son décès.

A découvrir aussi  Que faire pendant une croisière au Groenland ?

Qui peuvent être les bénéficiaires d'une assurance vie ?

Le souscripteur dispose de la liberté du choix lors de la désignation des bénéficiaires sur son contrat d'assurance vie. Il peut s'agir de ses enfants, de son conjoint, des membres de sa famille, d'une personne n'ayant pas de lien de parenté avec lui ou encore de personnes morales à l'image des associations caritatives. Il lui est également possible de désigner un ou plusieurs bénéficiaires ainsi que la part qui reviendrait à chacun en cas de décès. Bien que l'assurer ait le droit de choisir les bénéficiaires qu'il désire, il existe toutefois certains profils interdits. Ceci concerne :

  • Les médecins traitants, infirmières et auxiliaires médicaux ;
  • Membre d'institutions religieuses ;
  • Conseillers intervenant sur le fonctionnement des contrats d'assurance-vie ;
  • Son animal de compagnie.

L'assuré peut désigner ses bénéficiaires nominativement selon les clauses bénéficiaires standard de son contrat. Dans tous les cas, il doit s'assurer d'abord que les clauses correspondent à sa situation familiale actuelle. Il est aussi conseillé de prévoir d'éventuels changements de situation comme le divorce, la naissance, etc. Les clauses bénéficiaires peuvent être rédigées librement par le souscripteur, cependant, il doit être accompagné par un expert lors de sa démarche.

Comment se passe le paiement d'une assurance vie en cas de plusieurs bénéficiaires ?

L'héritage d'une assurance vie va au bénéficiaire désigné sur le contrat. Par conséquent, le souscripteur doit rédiger une clause bénéficiaire au préalable. Elle doit non seulement indiquer les bénéficiaires, mais aussi préciser la nature des droits qui leur reviennent. Il est donc primordial que la clause soit rédigée de façon précise.
Lors de la rédaction de la clause bénéficiaire, la désignation de la quote-part se fait pour chaque bénéficiaire choisi. Le souscripteur ouvre le droit de répartir son capital à part égale de favoriser un par rapport à l'autre.
Suite au décès du souscripteur, toute personne dispose du droit de demander à savoir si elle est bénéficiaire ou non du contrat d'assurance vie. La compagnie d'assurance se doit alors de verser le capital au bénéficiaire dans un délai d'un mois à compter du jour de la réception des preuves du décès de l'assuré. Dans le cas contraire, le capital non versé produit un intérêt de 6,26% durant 2 mois et de 9,39% au-delà.