Les réponses données par les banques aux demandes de prêts bancaires ne sont pas toujours affirmatives, et les montants ne sont pas accordés si le profil de l’intéressé ne remplit pas tous les critères d’éligibilité de l’établissement financier, surtout si les revenus sont plutôt modestes.

Pour y remédier, l’État a décidé de mettre au point un système profitable à cette catégorie de personnes, dans le but de leur apporter l’aide nécessaire grâce à ce qu’on appelle un microcrédit social que le bénéficiaire pourra rembourser sur une plus longue durée.

En quoi consiste exactement ce type de prêt ? Comment en bénéficier ? Et pour quelle raison choisir cette option ? Réponses dans cet article !

Qu’est-ce qu’est le microcrédit de l’État ?

Un nombre croissant de personnes tombe chaque année sous le seuil de pauvreté en France, se trouvant soudainement au chômage, n’ayant pas les moyens de subvenir à leurs besoins, dont les plus basiques comme l’accès aux soins médicaux, le logement ou même la nourriture. De ce fait, il devient impossible d’obtenir un quelconque crédit auprès d’un établissement financier classique, ce dernier étant obligé de refuser les demandes de prêts au vu de la situation financière instable du client.

A découvrir aussi  La philanthropie à la rescousse du journalisme ?

Dans ce cas-là, la meilleure solution serait d’avoir recours aux aides sociales proposées par l’État dans ce cadre, dont on cite le microcrédit personnel, un système de prêt dédié aux personnes en difficulté et exclues du système bancaire. Ce genre de prêt ressemble fortement à un prêt étudiant garanti par l’État, puisqu’il s’agit d’un prêt à taux réduit, partiellement garanti par l’État et par l’organisme prêteur. Le montant emprunté varie entre 300 et 8000 euros selon les cas, et sa durée de remboursement peut atteindre sept ans.

Quels sont les critères d’éligibilité au microcrédit de l’État ?

Le nombre de personnes ayant recours à cette solution est de plus en plus élevé, il s’élève à quelques centaines de milliers sur l’ensemble du territoire français. Ne comptez pas sur ce crédit facile pour interdit bancaire, c’est un solution de l’état, il faut avoir des garanties pour en profiter. Ceci est très naturel si l’on venait à considérer les multiples avantages que cette offre sociale rapporte aux bénéficiaires qui se trouvent très souvent dans une situation financière délicate.

Afin de pouvoir prétendre à un tel prêt, il faudrait au moins avoir à son compte un des critères d’éligibilité au microcrédit personnel. En d’autres termes, le client devra être exclu du prêt bancaire, et ce, pour de nombreuses raisons. En premier lieu, une demande de crédit classique peut être refusée si les revenus sont trop faibles ou instables, ce qui mène à un taux d’endettement trop important.

A découvrir aussi  Entreprise : le bilan comptable pour les nuls

definition du microcredit

Deuxièmement, le prêt bancaire peut ne pas être accordé si la situation professionnelle du demandeur n’est pas très nette ou inexistante. En dernier lieu, on mentionne les personnes avec interdit bancaire et inscrites au fichier central des chèques, ou encore celles qui ne présentent aucune garantie ou cautionnaire.

À quoi sert le microcrédit social ?

Avant de passer aux multiples choses qu’il est possible d’accomplir avec un microcrédit social, il faut d’abord préciser que ce dernier se distingue catégoriquement du crédit professionnel. En effet, tandis que le premier tend à améliorer la situation personnelle du demandeur de prêt qui pourra même s’en servir pour payer des frais en rapport avec l’emploi, le second, quant à lui, a pour but de faciliter la création d’entreprise.

En somme, le microcrédit accordé devra avoir pour finalité le financement de projets en lien avec l’insertion professionnelle, comme :

  • L’achat ou la réparation d’un véhicule personnel ;
  • Les frais du permis de conduire ;
  • La prise en charge de soins médicaux élevés ;
  • L’achat d’un ordinateur portable ;
  • La prise en charge des frais de formation.