Vous êtes perdus dès qu’il s’agit de documents administratifs ou financiers ? Ce qui est indiqué vous paraît écrit dans une autre langue ? La comptabilité fait partie de ces domaines où l’on a l’impression qu’il faut forcément avoir affaire à des spécialistes pour comprendre les documents qui y font référence. Pourtant, il est possible de comprendre facilement en quoi consiste un bilan comptable et même de le faire soi-même. Suivez le guide.

Le bilan comptable, qu’est ce que c’est ?

Avant de vous lancer dans la réalisation de votre bilan comptable, il est d’abord important de comprendre son intérêt. Le bilan comptable est une synthèse financière : un tableau qui récapitule d’un côté tous les moyens de production d’une entreprise et de l’autre l’ensemble des moyens de financement dont elle dispose. En gros, un bilan comptable, c’est l’image à un instant T du patrimoine d’une entreprise. Il précise ses actifs (ce qu’elle possède) et ses passifs (ce qu’elle doit).

Une obligation légale

Selon le Code de commerce français, toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant doit procéder à l’enregistrement comptable des mouvements affectant le patrimoine de son entreprise (Article L123-12).

Mis à part quelques exceptions avec des entreprises qui ont le droit à une dispense (comme les auto et micro-entrepreneurs), la majorité d’entre elles doivent donc se soumettre à cette obligation. Ainsi chaque année, des comptes annuels comprenant le bilan, le compte de résultats et une annexe sont demandés. Ce n’est pas un exercice à prendre à la légère : il va être publié auprès des autorités administratives et il peut être l’objet d’un contrôle approfondi.

L’utilité du bilan comptable

Le gros avantage du bilan comptable, c’est qu’il permet de faire le point chaque année sur la santé de l’entreprise. L’entrepreneur, grâce à ce calcul, peut ensuite ajuster ses choix et prendre des décisions importantes pour les prochaines années à venir.

Le bilan comptable est aussi une preuve indéniable pour que de potentiels partenaires vous fasse confiance concernant l’état des lieux de votre entreprise. Il permet de prouver que celle-ci est solvable et destinée à être pérenne. C’est indispensable pour pouvoir obtenir un prêt bancaire pour continuer à faire évoluer sa société.

C’est aussi un document très important si vous souhaitez vendre votre entreprise. Si vous trouvez des repreneurs, ils désireront connaître les actifs liquides : il est primordial pour eux de vérifier qu’ils sont supérieurs aux dettes à court terme. Pour les rassurer en leur garantissant qu’ils font le bon choix, vous devrez présenter les bilans comptables de votre entreprise sur les dernières années.

Faire mon bilan comptable moi-même

Le recours à un expert-comptable pour réaliser son bilan comptable n’est en aucun cas une obligation. Si vous ne désirez pas avoir recours à des prestataires extérieurs et que vous vous sentez l’âme d’un comptable, vous pouvez réaliser votre bilan par vous-même. Il est cependant important avant toutes démarches de vous informer sur les obligations comptables de votre entreprise : elles dépendent de votre régime d’imposition. C’est celui-ci qui détermine le niveau de difficulté de votre comptabilité.

Enfin, n’hésitez pas à suivre une formation pour obtenir les compétences nécessaires pour procéder au mieux à la gestion comptable de votre société. Vous devez disposer d’outils informatiques comme Excel, ou des logiciels de comptabilité afin de procéder au mieux.

Enregistrer les écritures d’inventaires

Vous devrez faire l’inventaire de vos prestations en cours (s’il s’agit de prestations de services), de vos marchandises en stock (si c’est une activité de négoce), de vos produits en-cours (si c’est une activité de production).

Il faut ensuite identifier et comptabiliser les charges et produits constatés d’avance ainsi que ceux à recevoir. Certaines charges sont comptabilisés à l’intérieur d’un exercice mais se rapportent à une période qui excède celui-ci : c’est le cas par exemple des dépenses d’assurances, des frais de documentation, des loyers, etc. Ces postes doivent être adaptés afin que les comptes ne comportent que des sommes qui concernent effectivement l’exercice en question : c’est le « cut-off », ou séparation des exercices.

À l’inverse, d’autres charges et produits sont relatifs à l’exercice en question mais ne sont justifiés que pas des pièces comptables datées de l’exercice suivant. Il faut en tenir compte lors du bilan en notant : les factures non parvenues, les charges à payer, les factures à établir et les produits à recevoir.

Vous devez ensuite réaliser un inventaire de vos immobilisations et procéder au calcul et à l’amortissement de celles-ci. Une fois cette étape terminée, vous devez constater d’éventuelles provisions en recensant et en évaluant les risques.

Réviser les comptes

Il faut vérifier et justifier les soldes comptables.

Pour les soldes des comptes clients et fournisseurs, généralement, on édite un grand livre auxiliaire des mouvements non lettrés. On peut aussi faire une demande de confirmation de solde auprès des tiers : c’est une procédure appelée circularisation des tiers.

Il faut aussi justifier ses comptes de trésorerie (copie du dernier relevé bancaire), ses comptes de charges et produits (en veillant à la bonne imputation des mouvements comptables) et d’autres comptes si vous en disposez (comptes sociaux, fiscaux, de capitaux, etc.).

Éditer ses comptes annuels

Le bilan comptable regroupe en réalité trois éléments. Un bilan qui comporte l’ensemble des comptes : c’est une photographie du patrimoine de l’entreprise à la clôture de ses comptes, avec son actif et son passif. Un compte de résultat qui permet de chiffrer la valeur générée par l’entreprise. Et enfin une annexe, elle est rédigée par vous pour permettre à votre futur lecteur de comprendre vos chiffres : plusieurs éléments obligatoires doivent y figurer, ainsi que des informations significatives. Vous pouvez aussi ajouter au dossier les procès verbaux de vos assemblées générales.

Vous avez ensuite l’obligation de déposer ce bilan auprès du Tribunal de commerce dont dépend votre entreprise.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici